La riziculture

La lumière et l’eau sont les facteurs indispensables à la culture du riz. C’est donc principalement dans les zones géographiques associant ensoleillement et humidité que la riziculture a pu se développer. Selon les variétés, le riz s’adapte aux régions tropicales et subtropicales, et aux marges des zones tempérées.
#

LES TECHNIQUES RIZICOLES

La technique la plus traditionnelle et la plus répandue dans le monde est celle de la riziculture irriguée. En plaine comme en montagne, digues, canneaux et terrasses ont façonné le paysage des régions rizicoles. Ces systèmes d’irrigation garantissent les 10cm de niveau d’eau nécessaires à la pousse du riz.
Il existe aussi une technique de riziculture sèche sans irrigation. Elle consiste à exploiter les eaux de pluie en période d’inondations. Elle nécessite des périodes de jachère qui limitent les rendements. Ce qui explique pourquoi cette technique est moins répandue.

LA RIZICULTURE EN EUROPE

C’est dans les pays du sud de l’Europe (Italie, Espagne, Grèce, Portugal et France) où il existe un fort ensoleillement que la riziculture européenne prospère.
Pour compenser le déficit hydrique de son climat, la riziculture européenne utilise exclusivement l’irrigation pour ses besoins en eau. La répartition de cette eau tout au long du cycle est primordiale pour le bon développement de la plante. Une trop grande quantité d’eau au moment de la levée gêne l’enracinement. Une fois le riz en plein développement, le niveau de l’eau légèrement courante doit être maintenu plus haut. L’assèchement devra être réalisé avant la récolte.